Print Shortlink

Néo-colonialisme

Je lis dans Le Monde les trois idées majeures issues du sommet de Bamako (France-Afrique):
1/ brain-drain: pour remplacer les cerveaux français qui partent à l’étranger, on importera ceux d’Afrique.

La France facilitera la délivrance de visas de longue durée à entrées multiples pour les entrepreneurs, cadres, chercheurs, professeurs et artistes africains, a annoncé samedi à Bamako le président français.

2/ le commerce libre ? Non, pas de ça chez nous! On sait très bien qu’échanger c’est s’appauvrir!

« Nous avons tous mis en garde contre certaines évolutions trop libérales qui risquent de nous conduire à une satisfaction donnée aux pays riches et aux pays émergents, en matière commerciale et notamment agricole, au détriment des pays les plus pauvres », a expliqué M. Chirac.

3/ si le commerce libre est un fiasco garanti, l’aide au développement a prouvé son efficacité, il faut donc encore l’accroître:

« Il faut en gros doubler et passer à 150 milliards (de dollars) par an l’aide publique au développement », a-t-il estimé. « Nous ne le ferons pas à partir des budgets des Etats seulement et par conséquence nous avons beaucoup insisté sur l’importance capitale à mettre en place des financements innovants qui permettent de rassembler cette somme, grâce à une taxation, sous une forme ou sous une autre, internationale. C’est vital », a expliqué M. Chirac.

Chirac voudrait tuer toute tentative de développement en Afrique il ne s’y prendrait pas autrement: contrôle bureaucratique sur les aides (mais « innovant », avec des partenariats privés-publics flous pour détourner l’argent plus facilement peut-être!), contrôle des exportations, quotas, prix réservés (pour être certain que les producteurs n’aient aucune envie de s’améliorer), et pompe aspirante pour les plus doués. Voilà 40 ans qu’ils goûtent cette recette. Si ça a si bien marché ces 40 dernières années c’est sûr que le succès sera au rendez-vous en en remettant une couche!