Print Shortlink

Money, Money

Les conséquences sur la monnaie du rejet du concept de « propriété intellectuelle ».

« Le papier monnaie est duplicable. Est-ce à dire qu’il est permis de le dupliquer? »
Dans le fil de discussion de l’article « Abus de position dominante », il a surtout été question de débattre de la supposée « propriété intellectuelle ».

Je rappelle que les adversaires du concept, que je représente ici, soulignent que c’est du caractère exclusif des biens matériels (par définition de la matière) que découle le concept et la justification de la propriété, mais qu’en ce qui concerne l’information, il n’y a pas moyen de prétendre qu’elle soit exclusive (par définition de l’information). C’est même parcequ’elle ne l’est pas qu’on peut la copier et que l’idée d’un monopole d’exploitation accordé aux inventeurs est née.

Ses partisans prétendent au contraire qu’il n’y a pas de différence de nature entre la propriété des biens matériels et la propriété de l’information. Certains d’entre eux nient purement et simplement toute justification autre que « pragmatique » de la propriété quelle qu’elle soit. D’autres prétendent que l’information est exclusive dans certains cas au moins. D’autres encore pensent que les biens matériels sont parfois non-exclusifs.

Chacun est resté sur ses positions, comme il se doit, mais un grand nombre d’arguments ont été présentés qui ont au moins l’intérêt de fournir des idées à ceux de l’un ou l’autre camp qui voudraient se faire une opinion.

Toutefois, et c’est le point sur lequel je veux en venir, une question intéressante a été posée par Gonzolo. La voici:

« Le papier monnaie est duplicable (il l’est même parfaitement malgré les mesures de sécurité tentant de rendre celle-ci la plus difficile possible). Est-ce à dire qu’il est permis de le dupliquer? Prônez-vous la liberté de duplication du papier monnaie? Les libertariens pensent-ils que la falsification est une liberté comme les autres qui ne nuit aucunement à la propriété privée? « 

Je vous propose donc une petite réflexion sur le sujet, en vous demandant de respecter certaines règles spéciales pour ce fil de discussion.
Cette règle est simple: partir du principe que la propriété intellectuelle est un faux concept et voir quelles sont les conséquences sur la monnaie.

En effet, si l’information, par nature, ne peut appartenir à personne, il semble indubitablement vrai que tout le monde a le droit de recopier les billets de banque (au sens du droit naturel, et non de la loi bien évidemment).
Les questions de base de la discussion seront donc les suivantes:

1/ Y a-t-il moyen de justifier l’interdiction de recopier les billets de banque tout en niant que l’information puisse faire l’objet d’une propriété ?
2/ Et s’il n’y a pas moyen, cela ne démontre-t-il pas simplement l’ineptie de cet aspect du système monétaire tel qu’il existe ?
3/ Si la concurrence monétaire existait, des solutions n’auraient-elles pas émergé qui auraient éliminé ce problème ? En d’autres termes, l’Etat est-il, ici comme ailleurs, un frein au progrès et à la découverte de nouvelles solutions ?
4/ Que dire de l’or, présenté par certains comme monnaie « naturelle » ?

Rappelons également que ce qui se passe actuellement, dans tous les pays du monde, est une falsification permanente de la monnaie.
En effet, les Etats se sont arrogé un monopole parfaitement arbitraire sur l’émission de monnaie. Non seulement ses gestionnaires n’ont et ne peuvent avoir de moyen de savoir combien de monnaie il faut émettre, mais de surcroit la monnaie d’Etat n’est garantie par personne: l’Etat n’est pas une personne. Il n’y a aucune garantie attachée à la monnaie, à tel point d’ailleurs que toutes les monnaies étatiques finissent par perdre de leur valeur. C’est l’inflation, présentée d’ailleurs par certains comme une manne céleste (!). Cette monnaie ne correspond en aucune manière à une richesse sous-jacente. Elle est identique à un chèque tiré sur un compte que l’on promet d’approvisionner par la force dans l’avenir. Ce n’est donc pas de la monnaie, mais de la fausse monnaie. Par conséquent, le fait est que de la fausse monnaie est émise en permanence et de manière massive. Ainsi, prétendre q’il est nécessaire, à l’heure actuelle, d’interdire aux gens de copier la monnaie est une belle farce.

Mais imaginons maintenant un monde libre, où différentes monnaies (réelles, fondées sur des richesses sous-jacentes) sont proposées à l’utilisation par des banquiers (ou autres). L’interdiction de copier la monnaie serait-elle nécessaire, ou des mécanismes de protection suffiraient-ils ?

Telle est la question.