Print Shortlink

Ras le bol

Bientôt les autoroutes limitées à 110km/h… Un ministre ne saurait jamais être à court d’idées, surtout quand elles peuvent rapporter de l’argent à l’Etat. Il a donc émis l’idée que les autoroutes pourraient bientôt être limitées à 110km/h (source: tf1.fr):

« C’est un sujet de réflexion« , a déclaré Dominique Perben. « Roulez cool !« , a-t-il lancé à l’adresse des automobilistes, nombreux sur les routes du retour en ce dernier grand week-end de l’été, traditionnellement marqué par de nombreux accidents. « Si l’on réduit la vitesse de 15km/h, le prix du plein reste le même qu’avant la hausse » des prix du pétrole, a ajouté le ministre. La vitesse est limitée à 130 km/heure sur autoroute.

Admirez la logique défaillante de Perben, admirez sa réthorique débile, admirez le bonimenteur pris en flagrant délit! Cet homme est-il un imbécile ou nous prend-il tous pour des cons ? Je penche pour la seconde hypothèse: il prend ses concitoyens pour des débiles.
Reprenons donc son discours:
1/ « c’est un sujet de réflexion »
On sait ce qu’il advient des sujets de réflexion. Un ministre émet une « idée » et regarde comment elle est traitée médiatiquement. Si la réception est bonne, nul doute qu’elle sera ensuite appliquée. Si elle est impopulaire, pas grave, il suffira de « l’expérimenter » avant de la « généraliser » quelques années plus tard. En plus les raisons d’hier ne sauront que plus impératives donc il sera « citoyen », « écolo » ou « solidaire » de le faire donc ceux qui seront contre seront d’horribles fascistes, voire pire… des libéraux!
2/ « roulez cool »
vous avez déjà croisé un cortège ministériel ? vous avez déjà été dépassé par un cortège ministériel ? Si vous n’en avez jamais fait l’expérience, souvenez vous des Zil sur la Place Rouge: on s’écarte quand Monsieur le Ministre passe! Je me souviens d’ailleurs du cas d’un pauvre type en scooter renversé en plein Paris par Gayssot, à l’époque… ministre des transports! Gayssot avait expliqué qu’il était en retard à un conseil des ministres (ou un truc dans le genre), bref que sa fonction l’autorisait à user du privilège de griller les feux, de rouler à 100 quand c’est limité à 50, si tant est qu’il le fasse dans les règles c’est-à-dire en mettant le gyrophare. Sauf que dans le trafic parisien, ça n’évite pas toujours l’accident… Qui se souvient aussi de Sarkozy, flashé à 200km/h ? L’incident avait fait couler peu d’encre, on s’en fout en France on sait très bien que nos gouvernants ont des privilèges qu’ils interdisent au peuple d’en bas.
3/ « Si l’on réduit la vitesse de 15km/h, le prix du plein reste le même qu’avant la hausse »
J’ai rarement entendu un sophisme d’une aussi rare et évidente connerie. J’en ai un autre à lui proposer: « si je laisse ma voiture au garage l’essence est gratuite »… ou alors « devenez ministre et l’essence sera gratuite » ?

Et bien sûr une telle mesure pour être appliquée nécessite des moyens:

Le ministre a désigné la vitesse comme une cause majeure d’accidents de la route. Il a indiqué qu’une centaine de nouveaux radars, fixes et mobiles, avaient été mis en service début juillet, portant à 820 le nombre de total de ces appareils utilisés pour détecter les excès de vitesse. Une nouvelle tranche de cinq cents appareils sera ultérieurement mise en place, a précisé Dominique Perben, réaffirmant « la détermination du gouvernement à faire respecter les limitations de vitesse ».

Puisque la mesure est inacceptable, elle sera appliquée par la force, bien évidemment! Et tant pis pour les récalcitrants: on les montrera du doigt, ce seront des « monstres de la route », des « assassins au volant » même s’ils n’ont jamais un accident contrairement au petit con qui après une soirée arrosée sur une départementale se tue lui et ses potes…
Pour plus d’infos sur les relations vitesse/sécurité, lire Dossiers du net sécurité routière.

Et maintenant, passons à François Loos, ministre de l’industrie (dans Le Parisien):

« Il faut inciter les gens à consommer moins », souligne M. Loos. « Certains préconisent » une nouvelle limitation de la vitesse routière « mais rien n’est arbitré ».

Rien n’est arbitré, mais si « les gens » ne sont pas assez citoyens on se doute bien de ce qu’il arrivera.

Reste qu’il « ne faut pas tout attendre de l’Etat, c’est à chacun de faire un geste pour consommer moins de pétrole. Par exemple, réduire sa vitesse de 130km/h à 115km/h sur autoroute permet de faire une économie qui compense la hausse récente du prix du pétrole ».

Encore le même sophisme débile, absurde, guignolesque. Et pourquoi faut-il que « chacun fasse un geste pour consommer moins » ? Chacun paye son essence, en quoi cela concerne le ministre ? Et quid de ceux qui ne peuvent pas économiser ? Quid de ceux qui habitent en campagne, et doivent faire 100km tous les jours pour travailler ?

« Nous subissons effectivement un prix du pétrole durablement élevé, on retiendra d’ailleurs un baril à au moins 50 dollars dans le projet de budget 2006. Il faut bien s’y adapter », note le ministre.

Et qui décide de s’adapter ? Si les Français ont envie d’économiser, ils le feront d’eux-mêmes. Ils laisseront la voiture au garage de temps à autre. Ils ne partiront pas en weekend. Ils prendront le train. Ils feront du covoiturage. Ils n’ont pas besoin d’un ministre pour s’adapter…

Si le gouvernement est « prêt à faire face à toutes les difficultés que les professionnels rencontrent », pour les particuliers « c’est plus délicat », dit-il. Une mesure « sonnante et trébuchante aurait un coût gigantesque » et baisser les carburants de un centime d’euro à la pompe coûterait « 400 millions d’euros au budget de l’Etat ».

Comprenez: pour les beuglards, agriculteurs, pêcheurs, camionneurs, il est envisageable d’acheter la « paix sociale »! Plus ils ont de pouvoir de nuisance, plus ils sont entendus. Les particuliers ? Vous voulez dire les moutons ? Ceux-là peuvent toujours rêver. Cela « couterait » trop cher à l’Etat. Ce qu’il ne nous vole pas « coûte » à l’Etat. Un autre sophisme absurde…

« Et pour que cela soit vraiment sensible, il faudrait baisser de 10 ou 20 centimes d’euro, soit un coût de huit milliards d’euros », ce qui, souligne-t-il, est « totalement inenvisageable ».

Totalement inenvisageable pour un gouvernement qui n’a jamais rien fait d’autre que creuser les déficits, augmenter la dette, tout en réussissant à augmenter les impôts, tuant l’activité.
Vous allez me dire, c’est logique non, de tuer l’activité en augmentant les impôts ? Pas assez visiblement pour ce gouvernement gangréné par le socialisme.

Ah, pour conclure cet article, deux sondages:

75% des patrons de très petites entreprises (moins de 20 salariés) se disent pessimistes sur le climat général des affaires en France, baromètre trimestriel Fiducial/Ifop

Seuls 30% des Français se déclarent « optimistes » en « pensant à l’avenir » contre 70% qui expriment leur pessimisme, selon une enquête de l’IFOP à paraître dimanche dans Ouest-France Dimanche.

Cette étude traduit, selon l’IFOP, une « forte dégradation du degré d’optimisme des Français », avec un recul de 28% par rapport à la précédente étude identique, réalisée en décembre 2004 (58% d’optimistes).

Le pire de tous les résultats du socialisme n’est pas l’appauvrissement. C’est la perte de toute espérance.