Print Shortlink

L’exclusion en marche

Lu dans Matin plus en juillet:

Belleville: Les artistes refusent l’expulsion
Les artistes de la Générale ont manifesté, hier, sur le parvis de l’Hôtel de Ville pour protester contre leur expulsion annoncée.
Ce collectif squatte depuis 2005 un bâtiment de l’Education Nationale de 6000m² à Belleville, rue du Général Lassale (19è). Vacants depuis dix ans, ces locaux sont voués à accueillir une annexe de l’hôpital psychiatrique Maison-Blanche. Hier, la mairie de Paris a tenu à rassurer les nouveaux artistes: « le Conseil de Paris a affirmé à deux reprises son souhait de rechercher, avec le Ministère de la Culture, la région Ile de France, les moyens d’une poursuite des activités artistiques et culturelles de La Générale ». Et de rappeler qu’une trentaine de membres du collectif avaient accepté un relogement à la manufacture de Sèvres (3000m²). « Cette délocalisation en dehors de la capitale ne correspond pas à notre projet artistique et associatif », déplore Paul Martin, porte-parole du collectif. Comme lui, une cinquantaine d’artistes ont refusé de s’installer à Sèvres. « La Mairie nous propose un autre lieu de 330m², libre dans un an, mais on ne sait où », explique-t-il. « on attend une meilleure proposition… »

1/ en plein Paris, l’Etat laisse libre pendant 10 ans 6000m². Au prix du m², que ce soit en location où à la vente, c’est un gâchis fantastique.
2/ l’Etat est incapable d’assurer la sécurité de ses biens, puisque les portes ont été forcées, qu’un collectif de zozos a pu s’y installer…
3/ on propose à ces artistes un relogement. Ils immobilisent une fortune d’actifs immobiliers et ont le culot de réclamer et se voir proposer un relogement ? On ne parle pas ici de réfugiés après une catastrophe naturelle, on parle de personnes ayant volontairement, sciemment enfreint le droit de propriété (fut-il de l’Etat)! Au mieux on pourrait espérer un règlement à l’amiable, au pire ils devraient avoir deux années de loyer à payer (à environ 20euros le m² dans Paris…)
4/ on voit bien dans quelle société on vit: 3000m² à Sèvres ne plaisent pas aux zartistes: « ça ne correspond pas au projet artistique et associatif ». Alors ils réclament à leurs amis socialistes et verts de la mairie de Paris de trouver mieux. Nul doute qu’ils auront mieux.

Après m’être étranglé en lisant cet article dans Matin Plus, je suis allé chercher leur site web et j’ai trouvé leur page « articles de presse« . Ils n’ont pas été pris au dépourvu: voilà deux ans qu’ils doivent être explusés! Ils savaient dès le premier jour ce qu’ils « risquaient » mais n’en ont cure! Ils préfèrent vivre en parasites, car ils savent qu’ils sont protégés des conséquences de leurs actes: la justice ne les condamnera pas, leurs amis politiques ne les attaqueront pas, et comme on a vu se mettent en quatre pour trouver des « solutions ». Leurs projets artistiques et associatifs ? Ce sera aux autres de les financer, eux se contentent de toucher le RMI et ne payent pas de loyer.

Mise à jour:
Richard m’envoie un lien vers un article dévastateur: la générale: visite non guidée. En vrac: La Générale est un lieu d’ouverture avec une porte blindée et un digicode à l’entrée, les expositions etc sont privées, réservées aux potes des artistes de La Générale, ils ne touchent pas de subventions mais n’expliquent pas pour autant comment ils se financent (ben tiens…)… Bref du délire. Allez le lire.