Print Shortlink

Pinochet interrogé

Faut-il faire un procès à Pinochet ? Vaste question… A défaut de répondre, je vais vous proposer une version de son action en 73 et jusqu’en 90, date de son départ. D’abord un court rappel du contexte historique: guerre du Viet-Nam, guerre froide, mur de Berlin, et propagande post 68 dans tous les pays. L’Union Soviétique, l’Empire du Mal, est là et bien là!
L’Amérique Latine n’est pas un continent, mais un enjeu géopolitique. L’URSS gagne du terrain avec Cuba bien en place, les FARC en Colombie (qui tuent toujours), le Sentier Lumineux. Che Guevara a fait des émules…
Au Chili, c’est Salvadore Allende qui est au pouvoir. Il y est arrivé tout à fait démocratiquement, mais il est en perte de vitesse (cf les chiffres des élections). Il décide en 72 de lance un grand programme de « nationalisation ». Cette nationalisation est rejetée par le Conseil Constitutionnel du pays (la cour Suprême). Il passe outre. C’est à ce moment que Pinochet passe à l’action.
Je ne connais pas le détail des morts, des emprisonnés divers. Il est évident qu’il y en a eu.
Ce que je souhaiterais apporter à la discussion est cette simple proposition: et que serait-il arrivé aux Chiliens si ils avaient eu un Cuba bis ? Seraient ils aujourd’hui aussi riches qu’ils le sont ? On va bien sur me parler des inégalités, mais entre tous égaux dans la misère et tous inégaux dans la richesse, je prends encore la richesse.

Quand on lit aujourd’hui des commentaires comme: « […] chef de la junte qui a renversé dans le sang le président légitime du Chili ». Je n’ai jamais vu de coup d’Etat en douceur.
Et le journaliste de TF1 de rajouter: « A bord d’un hélicoptère Puma, la Caravane de la mort avait sillonné le Chili, exécutant au moins 75 opposants ». On rigole bien: en Argentine, de 73 à 80 il y a eu 6000 morts dans des attentats de groupuscules révolutionnaires. Alors permettez moi de dire que tant pis pour les terroristes s’ils se sont faits attraper!

Mais ce n’est pas l’important, vous l’aurez compris. L’important c’est qu’aujourd’hui les Chiliens puissent vivre librement et aussi, que contrairement à d’autres pays, on y juge même les anciens chef d’Etat…