Print Shortlink

Quai d’Orsay TV

« C’est affreux, la France n’a pas d’outil de propagande mondiale ! » Voilà en gros la constatation faite par le Quai d’Orsay pendant la guerre contre Saddam, qui veut maintenant disposer d’une « CNN française ». La facture nous sera ensuite envoyée. Jacques Chirac lui-même a exprimé le vœu d’avoir cette chaîne : les désirs du Prince sont des ordres, et Raffarin a aussitôt lancé la machine administrative. La Direction du Développement des Médias a donc collecté 3 dossiers, après appel à candidature. Vous ignoriez que cela existe ? Je vais finir par croire que tous les organismes imaginables, et inimaginables existent. Et certainement en double ou en triple voire bien plus, comme en attestent les multiples décomptes de l’IFRAP.

TF1 et Canal+ se sont précipités, mais il faut aussi compter avec le « pôle audiovisuel public », c’est-à-dire le groupement de TV5, France 2, France 3, Arte, France 5, RFO, La Chaine Parlementaire-Assemblée Nationale (elle mériterait un livre à elle toute seule). Patrick Le Lay doute de la rentabilité de l’affaire. Au point qu’il voudrait être associé au chapelet de chaînes publiques !

Moi aussi j’en doute, car CNN a tout de même quelques points forts. Disons par exemple : il y a plus de 10 ans d’expérience, c’est dans la langue internationale, il y a une « marque »… Ce n’est pas une petite affaire que de monter une chaîne aux ramifications mondiales, même si TF1 a un réseau bien établi. Et puis une diffusion en français, ça va forcément limiter l’audience. Et le marché nord-américain va se résumer au Québec. Un peu juste pour une chaîne à vocation « internationale ». A moins que le public visé ne soit l’Afrique uniquement ?

Même le gouvernement sait que le projet ne sera pas rentable. 150 millions d’euros, voilà le chiffre évoqué. Est-ce là le budget ou la subvention ? Toujours est-il que le budget sera fixé par l’Etat. Doit-on en conclure que ce sera une nouvelle chaîne publique ? De toute façon, que l’Etat subventionne ou place directement ses hommes, le résultat sera le même : celui qui contrôle, c’est celui qui paye. Patrick Le Lay l’a bien compris : « La France se vante d’être une démocratie, si c’est pour faire une chaîne d’Etat qui est la voix de l’Etat français, c’est-à-dire dirigée par le Quai d’Orsay, ça fait un peu Cauescescu ». Pas qu’un peu.

Nul ne sait quand le projet va aboutir, mais tout est réuni pour une catastrophe : argent public, contrôle de l’Etat (elle est bien bonne celle-là), volonté politique… Remarquez, on parle encore en millions d’euros, pas en milliard. Au moins l’ampleur sera limitée. Bien sûr ce seront des milliers d’entreprises mises à terre, des investissements qui ne seront jamais faits, mais il faut que la France tienne son rang. Heureusement que Chirac ne s’est pas mis en tête d’avoir la même force militaire que les Etats-Unis. Imiter CNN, c’est encore dans les moyens de « la France ». Une lubie à 150 millions d’euros par an.