Print Shortlink

Coup de Gueule !

Un de mes – très – proche était hier à l’AFPA* pour une série d’entretiens visant à évaluer ses capacités en vue d’intégrer une formation.

Il est revenu « blasé » Et après l’avoir entendu, moi je suis profondément SCANDALISEE !! L a bientôt 30 ans. Il est bénéficiaire du RMI depuis plus de 6 mois, après créé une « start-up » qu’il a géré pendant 3 ans avant que la « bulle » n’éclate et qu’il perde tout.
Autant dire qu’il n’est pas en grande forme…

Donc, depuis 6 mois, il passe des tests à l’AFPA pour entrer en formation.
Les derniers qu’il avait passé à Montpellier s’étaient avérés concluant, il a donc été invité à continuer la sélection à Brives.

D’ici, il faut environ 6 heures de route pour se rendre à Brives, les frais de déplacement ne sont pas remboursés par l’ANPE.

L passe donc plusieurs tests, la journée se passe bien. Vient le dernier, test « technique » effectué par les formateurs du centre.

C’est là que l’histoire commence :
Au lieu de lui parler technique, les 3 formateurs commencent à « commenter » son CV en le raillant : « Vous avez monté une entreprise avec des amis et vous vous êtes cassé la gueule, hihii.. », « Tous ces guignols qui ont monté des sociétés pendant la folie internet.. », « Créer des jeux, c’est un travail ? » etc..

Ils continuent par refuser de croire en l’expérience de L. comme si il était impossible qu’il ait travaillé pour TF1, M6 ou la Cité Numérique de La Villette…

Bref, plutôt qu’un test technique, L a fait l’objet d’une véritable humiliation. L’entretien n’était pas constructif, mais destructif. Aucune question technique n’a été posée, à aucun moment ces formateurs ne se sont intéressés aux compétences de L.

Pourtant, sur le site de l’AFPA, on trouve « l’éthique » de l’association :
Le respect de la personne : tolérance, dialogue, qualité de l’accueil aussi bien vis-à-vis des bénéficiaires que du personnel, l’AFPA cherche à créer un cadre de travail accueillant et motivant pour tous.
L’écoute : accueillir, orienter, former, accompagner, voici les bases du métier de l’AFPA. Et pour y parvenir au mieux, rien ne vaut l’écoute. Écouter, c’est en effet le premier acte professionnel non seulement de tous ceux qui sont en contact avec les publics, mais aussi entre collaborateurs.

On a vu mieux comme façon de « respecter » et d' »écouter » !!

Quand on sait que l’AFPA exerce un quasi-monopole de la formation des demandeurs d’emploi et quand on sait que chaque année l’AFPA « oriente » plus de 200.000 personnes.. Ca fait peur..

Reste que L se sent minable, il n’a plus goût à la vie, et regrette finalement d’avoir abandonné ses études pour créer une entreprise, même si celle-ci a créé plus de 10 emplois..

Et j’ai mal pour lui :(
* Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes.
Association para-publique. www.afpa.fr