Print Shortlink

L’Etat est une secte

En France, il n’y a plus de religion d’Etat depuis plus d’un siècle. Pourtant régulièrement l’Etat se préoccupe de questions religieuses: par exemple quand des jeunes musulmanes se rendent à leur lycée laïc voilées selon les écrits du Coran, ou encore au travers des débats lors des cours d’éducation civique et citoyenne.
Les sectes fournissent un nouveau prétexte à l’Etat pour intervenir dans la vie privée, et même spirituelle des Français. Maintenant, gare à vous si vos croyances sont estampillées « SECTE ». Le Sénat français a adopté la proposition de loi relative aux sectes jeudi dernier. Il faut dire que le débat court en France depuis quelques années, après les multiples drames du temple solaire (une vingtaine de morts au bas mot), et les polémiques récurrentes sur les témoins de Jéhovah. Dernier épisode en date, un enfant de 14 ans qui refuse une transfusion sanguine, bien qu’atteint d’une leucémie. Son geste lui a certainement couté la vie, mais sa volonté a été respectée. Et l’on ne compte plus les affaires de toutes sortes concernant des viols, des extorsions de fonds, ou encore l’exercice illégal de la médecine. Les « sectes » les plus en vue ? Les Témoins de Jéhovah et bien sûr l’Eglise de Scientologie. Les activités des Témoins de Jéhovah n’ont jamais été illégales, sauf le refus du service militaire, mais qui saurait le leur reprocher ?
Mais il y en a bien d’autres… jusqu’aux groupes catholiques respectueux de la plus pure tradition, comme ceux de l’Eglise Saint Nicolas à Paris, pourtant dépendante de l’Eglise Catholique elle même!
Pour bien nous convaincre de l’immense gravité du problème des « sectes », la commission d’enquête du Parlement a avancé le chiffre de 160.000 adeptes en France, et 100.000 sympathisants. Une quasi armée!

Bref, on voit au travers de ce petit tour d’horizon que les sectes incluent aussi bien des groupes larges mais marginaux dans leurs modes de vie et de culte, que des groupes dangereux, quasi-mystiques, où un gourou amène au meutre, au suicide etc… La définition des sectes ne peut se faire par les crimes qu’elles font commettre à leurs adeptes ou leurs dirigeants, puisqu’on voit bien que tout l’éventail du code pénal existe déja, mais par leur nature religieuse. En même temps, puisque les crimes et délits sont déja couverts par la loi, pourquoi ne pas appliquer la loi ? Et maintenant, comment va-t-on différencier ce qui est « secte » de ce qui ne l’est pas ?

Pour cela heureusement, le Parlement a apporté une réponse. Seront qualifiés de secte les mouvements présentant un faisceau d’indices comprenant:
-la déstabilisation mentale ;
– le caractère exorbitant des exigences financières ;
– l’embrigadement des enfants ;
– le discours plus ou moins antisocial ;
– les troubles à l’ordre public ;
– l’importance des démêlés judiciaires ;
– l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels ;

Hormis le fait que les indices soient pour le moins difficiles à définir et de ce fait sont sujets à toutes sortes d’interprétations, je me suis amusé à les appliquer à l’Etat.
Déstabilisation mentale: par diffusion de fausses nouvelles: réchauffement de la planète, peur de la vache folle, de la fièvre aphteuse, du SIDA, du chômage, bref de tout et de rien, il me semble que l’Etat pratique à très grande échelle la déstabilisation mentale, aidé en cela par les médias qu’il contrôle (chaines de télés publiques et radios, subventions à la presse).
Caractère exorbitant des charges financières: à plus de 55% de dépenses publiques dans le PIB français, il me semble que le caractère exorbitant des charges demandées aux Français n’est pas à prouver. Le train de vie des principaux gourous de la secte étatique reflète d’ailleurs bien le poids de cette charge: palaces somptueux, voyages dans toutes les destinations les plus prisées, avantages en nature innombrables, et bien sûr revenus exceptionnels souvent non taxés, défiscalisés habilement.
L’Education Nationale se charge quand à elle de l’embrigadement des enfants. Cette structure tentaculaire est parfaite dans ce rôle. 99% des professeurs sont acquis corps et âme à la gauche la plus à gauche qui soit, et ils ont parfaitement conscience de leur place stratégique. Ils mettent donc la plus grande attention à diffuser des versions historiques remaniées, expurgées, triturées, afin que la vérité en cours au sein de l’Etat soit bien diffusée dans les générations suivantes. Si cette vérité venait à changer, le conditionnement reçu interdit toute lecture critique de la presse et les informations reçues sont automatiquement assimilées en lieu et place de l’ancienne vérité.
Le discours plus ou moins anti-social: que dire d’un Etat qui stigmatise en permanence certaines catégories, comme le « patronat », ou encore les « riches », pratique à n’en point douter un discours violemment anti-social. Son but ? Détruire la société telle qu’elle serait si l’Etat n’y intervenait pas: les riches sont donc honnis, comme les familles, élément de base de toute société (hormis quelques sociétés tribales). Autoriser l’avortement des filles de moins de 16 ans (!) sans en référer aux parents par exemple va dans ce sens.
Les troubles à l’ordre public: quelle contradiction pour l’Etat qui devrait être garant de l’ordre de justement se retrouver fauteur de troubles. La politique nucléaire de l’Etat a ainsi causé des manifestations nombreuses dans les années 70. Mais cela n’est rien. Pensez plutôt à la politique inconséquente de construction de HLM partout en France et d’immigration forcenée: résultat ? Délinquance, violence!
L’Etat participe aussi aux troubles à l’ordre public en apportant son soutien aux groupes qui gênent la vie en société: grévistes de la SNCF, de la RATP, de l’Education Nationale. Bref, l’Etat est un fauteur de trouble permanent pour les français.
Les démêlés judiciaires de l’Etat ne sont pas à compter. Les hommes politiques ont tous, y compris notre Président M. Chirac, des casseroles innombrables. Certaines font plus de bruit, parce qu’elles sont portées par des hommes dits « de droite », mais à gauche elles existent aussi. Il n’y a qu’à se souvenir de la période faste des années 80 avec les affaires URBA/GRACO: tout le monde a trempé, et à cette époque, le Secrétaire Général du Parti Socialiste n’était autre que Lionel Jospin, actuel premier Ministre et peut être futur Président!
Quand à l’Etat en tant que personne morale, les procès contre l’Etat sont eux aussi légions. Les défaillances de l’Etat censé nous protéger ont conduit de nombreuses personnes à se retourner contre lui. Du sang contaminé à la vache folle, l’Etat traîne aussi ses casseroles!
Détournement des circuits économiques traditionnels: ah…. EN voilà un thème que j’apprécie. Que fait l’Etat par ses interventions permanentes: lois, décrèts, réglements expropriations! Tout cela n’a qu’un but: détourner l’argent des poches des citoyens (sujets), vers leurs élus (maîtres). L’Etat s’accapare de larges parts des ressources des citoyens les laissant souvent dans une misère qui forcément fait d’eux une clientèle toute trouvée.

Pour que l’Etat soit déclaré secte, il faudrait quelques indices supplémentaires: que l’Etat porte atteinte physiquement aux sujets. Si l’Etat ne porte pas atteinte à ses sujets, c’est peut être que le système de pression est déja assez bien réglé: pas besoin d’envoyer la police pour extorquer le salaire d’un homme. La menace est suffisante, quand la propagande n’a pas marché. Il faudrait aussi que l’Etat tente d’infiltrer les pouvoirs publics, mais là, on pourrait plutôt retourner l’indice en déclarant que l’Etat tente d’infiltrer la société civile. Et c’est déja fait: associations subventionnées, presse baillônée par les subventions, économie gangrénée par les entreprises publiques et les marchés publics.

Je crois donc pouvoir dénoncer l’Etat français comme étant une secte. Alors pourquoi attaquer les autres sectes ? Tout simplement parce que l’Etat se fonde sur le monpôle, le pouvoir sans partage: les sectes sont des concurrentes… à éliminer!

Et si vous croyiez naïvement que la liberté de culte était garantie par la Constitution ou autre, détrompez vous: « toutes les croyances sont respectables, à condition qu’elles s’exercent dans le respect des lois de la République » (source: texte officiel). Tout est dit.

Alors puisqu’il faut se débarasser des sectes, il faut bien trouver des moyens juridiques. Et comme les victimes sont consentantes, sans quoi elles porteraient plaintes, elles trouveraient une aide ou les articles de loi existants permettraient d’agir, il faut inventer de nouvelles lois.
La loi précédente disait en substance que «  l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse soit d’un mineur, soit d’une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur, pour obliger ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 2.500.000 F d’amende « . Problème! Il faut rajouter à cet article de loi que les critères de vulnérabilité soient étendus à… toute personne en fait: les sectes recrutent aussi bien dans des milieux où les personnes sont « aisées », cultivées, structurées etc… Le Temple Solaire en est la cruelle démonstration: tous managers, chef d’entreprise etc… Des notables!
En fait, l’extension de cet article permettrait de se passer du consentement des « victimes » pour attaquer un groupe en le déclarant secte. C’est donc la voie qu’a choisi Nicolas About, rapporteur du texte: désormais il s’agit d’abuser « d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement« . Et voilà le tour est joué.

Sur d’autres plans, il existe aussi de nombreux services de l’Etat susceptibles de « traquer la secte »: « les services de police et de gendarmerie, les directions régionales du travail et de l’emploi, les directions départementales de la protection judiciaire de la jeunesse, les inspecteurs d’académie de l’éducation nationale et de la jeunesse et des sports… ». Un exemple ? En France quelques 6000 enfants suivaient une scolarité hors cadre, à la maison. Interdit désormais. Le fait de ne pas inscrire l’enfant dans un établissement d’enseignement est une infraction pénale. Si l’enfant est inscrit dans un établissement scolaire « hors contrat », c’est à dire hors de l’autorité administrative, il faudra subir des contrôles intempestifs pour l’établissement et des examens périodiques pour les enfants. Les sectes ne pourront pas garder les enfants à la maison… mais l’enseignement libre est mort.

Malgré quelques timides réactions, étouffées dans la clameur de soulagement général du peuple menacé par les sectes, la loi est donc passée.
La liberté de penser a encore reculé en France.