Print Shortlink

Connaître nos adversaires : Nicolas Dupont-Aignan

Dans la série « Connaître nos adversaires »Â : Nicolas Dupont-Aignan Pseudo-rebelle au sein de l’UMP, leader de la tendance « gaulliste-républicaine »Â (1), une tendance encore plus étatiste que celle qui domine (si, si c’est possible !) – voir son site –, Nicolas Dupont-Aignan s’oppose avec détermination aux (éventuelles et très incertaines) privatisations des entreprises publiques et est en revanche favorable à un « retour à cette grande idée gaulliste qu’est la participation« … Il est très en pointe sur le protectionnisme et la défense du secteur industriel étatique et représente bien les intérêts des bureaucraties dirigeantes des grandes entreprises françaises « publiques » ou « semi-publiques » qui refusent, sur le dos de la grande majorité des Français c.à .d. des gens simples et normaux, la concurrence mondiale (voir par exemple sa question à Sarkozy sur l’avenir d’EDF). Nicolas Dupont-Aignan est aussi évidemment un laudateur de « notre grand, beau et précieux système de sécurité sociale » et un contempteur de « l’impérialisme américain ». Il est aussi un contempteur de l’Union Européenne. A cet égard je précise que je suis moi-même, comme un certain nombre de libéraux cohérents, globalement (très) hostile à l’Union Européenne, en tout cas à ce qu’elle est devenue depuis x années (voir par exemple Un Etat, un budget, un impôt et ce commentaire de Georges Lane). En petite partie pour les mêmes raisons que Nicolas Dupont-Aignan, en grande partie pour des raisons strictement inverses ! Regardez bien le dessin (signé d’un certain D. Izambard) qu’a mis cet imbécile (2) en couverture de son nouveau livre :

Couverture livre

Il pourrait tout à fait être publié dans Marianne ou même L’Humanité ! C’est-à -dire que pour ce monsieur de l’UMP, « l’Europe sociale » – c.à .d. socialiste – c’est bien, tandis que « l’Europe financière », les OGM et les délocalisations c’est très mal…

Pour finir, vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’il pense plutôt du bien de José Bové…

Au passage et pour conclure je n’ai toujours pas compris pourquoi nos amis de Conscience Politique ont donné la parole à un personnage aussi nuisible (!?!). (1) Ce prudent bien-pensant n’a même pas le courage de revendiquer l’étiquette de « souverainiste » bien qu’il soit un grand copain du maître du « souverainisme », la dangereuse canaille – dangereuse car intelligente ! –, notre ennemi Paul-Marie Coûteaux (voir aussi lmae.net…)

(2) Bon c’est vrai qu’il y a en France une flopée de personnages pires que lui, alors disons « semi-imbécile »…