Print Shortlink

France foutue ?

Il y a bien une exception française en Europe et dans le monde occidental. Cette exception, c’est la racaille gauchiste. C’est elle qui gouverne officieusement. Toute la France est imprégnée par l’extrême gauche, le communisme, la bêtise qui pose comme modèle le fonctionnariat (l’URSS en somme). Il y a les commanditaires : les syndicats, le PC, le PS et les idiots complices : les lycéens, les étudiants. Comment expliquer qu’une mesurette qui ne change rien (le CPE) puisse provoquer autant d’agitation. C’est bien LA question. Je ne l’explique que par le conditionnement communiste/socialiste de l’Education nationale, l’influence de l’extrême gauche dans le milieu syndical et chez les fonctionnaires. Pour mesurer l’imprégnation funeste des idées gauchistes, incompatibles avec la nature même de la réalité, il suffit d’entendre les nouvelles générations (lycéens, étudiants). Ils ne savent pas de quoi ils parlent, leurs arguments ne dépassent pas le niveau de l’abruti moyen (« non à la précarité », comme si le chômage créé par leurs directeurs de conscience, financé par la force étatique, était une situation moins « précaire »). Décidément, la France s’enfonce dans le déclin. Avec la promotion calculée de la « citoyenneté », la politisation des adolescents fait le jeu de l’émotion socialiste. Et ça marche. On croit vraiment rêver en voyant des marionnettes lycéennes et étudiantes bloquer les lycées, les universités, sur des bases aussi irrationnelles. Les sociologues en service commandé ont beau dire, il n’y a RIEN d’autre derrière ces manifestations qu’un déni stupide de la réalité. La seule excuse que l’on peut accorder aux grévistes est qu’ils suivent (bêtement) l’exemple des gouvernements successifs. Il est évident que lorsqu’on entend parler de « patriotisme économique » (protectionnisme), d’un pseudo-principe de précaution, de « solidarité », de « sécurité (sociale) », on finit par croire au « meilleur des mondes ». La bêtise a désormais sa patrie : la France.