Print Shortlink

L’interdiction du choix

J’ouvre 20 Minutes ce soir et j’apprends qu’un grand « testing » « prouve le rejet des quinqus et des candidats d’origine maghrébine« . Voilà la méthode employée: pendant un an, l’Observatoire des discriminations (en France on pas de pétrole mais on a des administrations…) a envoyé des CVs en réponse à des offres d’emplois. 6 profils types étaient proposés: l’homme blanc 28-30 ans (le coupable idéal, CV sans photo), un homme laid (CV avec photo), une femme avec trois enfants, un handicapé, un candidat « maghrébin » (patronyme) et un candidat « âgé » (en France ça veut dire 50 ans!).

Les résultats: sur un taux de réponse base 100 pour le petit blanc, le moche a eu 71%, la femme 63%, l’handicapé 54%, l’arabe 36%, et le vieux 32%.
Bref si l’on est un vieil arabe handicapé, on aura du mal à décrocher un entretien. L’article se termine par une citation de l’auteur du « testing »: 10% de nos envois pourraient déboucher sur une plainte.
Ce ne sont pas là des paroles en l’air: chefs d’entreprise, il est désormais interdit de choisir vos employés. Vous devrez vérifier que vous renvoyez bien le même nombre de maghrébins en entretien que de petits blancs ou de « vieux ».

Prochaine étape: que toute entreprise reflète la « diversité ». Jamais aucun quota ne sera appliqué, tout se passera en douceur, via des pressions médiatiques, des menaces juridiques, des « Observatoires », la « HALDE », et les associations « antiracistes ». Et ensuite les braves hommes politiques pourront se gloser de l’action de l’Etat. En espérant qu’un jour on applique ces quotas non officiels à l’équipe de France de football, comme le suggérait récemment George Frêche.