Print Shortlink

« Nous prendrait-on pour des caves ? »

Sur La Page Libérale http://www.pageliberale.org/?p=1474,, j’écrivais le 4 février 2007 :
« ‘Le Premier Ministre réunira le 12 février la conférence nationale des finances publiques’ a conclu le ministre.
J’espère que ce qui sortira de cette réunion procédera moins de la désinformation – pour ne pas parler de mensonge, mot déjà utilisé en 2006 – que l’intervention ministérielle du 23 janvier 2007 à quoi je viens de faire allusion.  J’aurais l’occasion d’en reparler. »

Le jour est arrivé.
Qu’a déclaré le ministre de l’Économie, des finances et de l’industrie dans son discours lors de cette 2e conférence nationale des Finances publiques Bercy – 12 février 2007 ?
Cf. site internet : http://www.finances.gouv.fr/presse/discours/ministre/tb0702121.php
 

C’est le ministre qui parle :

« […] 2. Permettez-moi de revenir plus précisément sur les résultats concrets obtenus l’an dernier :
* d’abord, le déficit de l’ensemble des administrations publiques devrait approcher -2,6 % contre -2,9 % prévu en loi de finances ;
* le seul solde du budget de l’État, qui revient à -36,2Md €, est au plus bas depuis 14 ans en point de PIB, à 2 %, et affiche même un excédent primaire, ce qui traduit le fait que le déficit est désormais inférieur aux charges d’intérêts de la dette. Ce résultat, c’est celui d’une gestion doublement vertueuse puisque, au-delà du respect de la norme « 0 volume » pour la 4e année consécutive, je vous rappelle que nous avons également affecté au désendettement la totalité des surplus de recettes fiscales.
* concernant l’endettement, la dette négociable de l’État a diminué en valeur de 760 millions d’euros l’an dernier, ce qui nous a permis de réduire le programme d’émissions de dettes en 2006 de 119 a 104 Md d’euros. Ce désendettement de l’État va nous permettre d’économiser 600M € en 2007, et entre 4 et 5 Md sur l’ensemble de la vie des titres dont on nous avons évité l’émission.
* Au total, l’endettement global des administrations publiques devrait baisser de 2 points de PIB ramenant l’endettement de 66,6 % fin 2005 à 64,6 % fin 2006. Outre la réduction du déficit public et la mobilisation des recettes de privatisation affectées au désendettement, cela résulte également de la réorientation de la gestion de la trésorerie des administrations publiques qui donne de premiers résultats extrêmement satisfaisants : sous l’impulsion du comité de gestion de la trésorerie dont j’ai annoncé la création en juin dernier lors de la première réunion du conseil d’orientation, le montant de l’encours de BTF a été réduit de 29 Md euros, générant une économie de 900 M € en année pleine, dont le caractère pérenne dépend bien entendu de la poursuite du désendettement. »

Que les lecteurs qui ont compris ces quelques paragraphes m’en fassent part, mon esprit est imperméable aux éventuelles informations qu’ils pourraient contenir, à l’exception de l’une d’entre elles.

Le ministre a donc dit :
« * le seul solde du budget de l’État, qui revient à -36,2Md €, est au plus bas depuis 14 ans en point de PIB, à 2 %, et affiche même un excédent primaire, ce qui traduit le fait que le déficit est désormais inférieur aux charges d’intérêts de la dette. »

Ma remarque n°1 :
« Le déficit est inférieur aux charges d’intérêts de la dette ».  Voilà la seule information – qui répond d’ailleurs à une question débattue à l’occasion du billet précédent -. 
Mais j’ajouterai immédiatement : et alors ? 
L’essentiel est que le marché financier doit accepter de prêter encore, en plus, des ressources égales à un peu moins que le montant des charges d’intérêts. 
Primo, on est donc en pleine cavalerie.  Secundo, il y a augmentation de l’endettement de l’Etat.  Pourquoi ne pas l’évoquer ? C’est cela l’important.

Le ministre a dit ensuite :
« Ce résultat, c’est celui d’une gestion doublement vertueuse puisque, au-delà du respect de la norme « 0 volume » pour la 4e année consécutive, je vous rappelle que nous avons également affecté au désendettement la totalité des surplus de recettes fiscales. »

Ma remarque n°2 :
« Surplus de recettes fiscales ? » Surplus non pas par rapport aux dépenses, mais par rapport aux recettes attendues ! Le ministre joue avec les mots.  Primo, les prévisions étaient donc erronées.  Secundo, si les recettes ont été employées au désendettement, l’endettement nouveau prévu est resté le même. Il y a donc augmentation de l’endettement de l’Etat ! Pourquoi le dissimuler ?

Le ministre a encore dit :
« * concernant l’endettement, la dette négociable de l’État a diminué en valeur de 760 millions d’euros l’an dernier, ce qui nous a permis de réduire le programme d’émissions de dettes en 2006 de 119 a 104 Md d’euros. »

Ma remarque n°3 :
Cette phrase nous fait entrer dans le monde d’Alice, celui du Pays des Merveilles.  Comment peut-on dire, sans la moindre explication, qu’une diminution de 0,76 Md d’euros de la dette négociable de l’Etat – soit 90 % de la dette totale – a permis de réduire l’appel au marché financier de 15 Md d’euros ?

Mais il y a encore mieux.  Le ministre n’a-t-il pas dit :
 » Ce désendettement de l’État va nous permettre d’économiser 600M € en 2007, et entre 4 et 5 Md sur l’ensemble de la vie des titres dont on nous avons évité l’émission. »

Ma remarque n°4 :
Il se situe donc dans un monde qui aurait pu exister et qui, grâce à ses géniales décisions, ne s’est pas réalisé.  Néanmoins, il fait comme s’il existait et, en s’y situant, propose des estimations dénuées du moindre intérêt.  C’est se moquer de ses auditeurs !

Et le ministre de continuer :
« * Au total, l’endettement global des administrations publiques devrait baisser de 2 points de PIB ramenant l’endettement de 66,6 % fin 2005 à 64,6 % fin 2006. »

Ma remarque n°5 :
En d’autres termes, il y a déficit, il y a à trouver des ressources nouvelles sur le marché financier et, après un saut périlleux qui consiste à abandonner l’évaluation en euros pour une évaluation en points de PIB, on avance que l’endettement global devrait baisser de 2 points de PIB.
Apparemment donc, le déficit a conduit à la baisse de l’endettement global ! On marche sur la tête ou bien …

Mais le ministre d’expliquer :
 » Outre la réduction du déficit public et la mobilisation des recettes de privatisation affectées au désendettement, cela résulte également de la réorientation de la gestion de la trésorerie des administrations publiques qui donne de premiers résultats extrêmement satisfaisants : sous l’impulsion du comité de gestion de la trésorerie dont j’ai annoncé la création en juin dernier lors de la première réunion du conseil d’orientation, …. »

Ma remarque n°6 :
Non, Monsieur le Ministre, s’il y a baisse apparente de l’endettement global, c’est uniquement à cause de l’augmentation du PIB, une augmentation qui, économiquement, est freinée par la politique non libérale suivie et qui, comptablement, est gonflée par les dépenses des administrations publiques (supérieures à leurs recettes).
Comment, à cet égard, se flatter de la création du  » comité de gestion de la trésorerie » qui charge un peu plus encore les dépenses de fonctionnement de l’Etat et qui contribue ainsi au déficit ?

Bref, je n’ai rien compris ou si peu à l’état des finances publiques présenté prétendument par le ministre que je me demande ce que le marché financier (où les étrangers sont majoritaires) a bien pu y comprendre.