Print Shortlink

« … et comment s’en sortir ».

Telle est la seconde partie du titre du livre sur la sécurité sociale que je publie aux éditions du Trident la semaine prochaine, première semaine de décembre 2007.

Je m’y suis efforcé, dans un premier temps, d’exposer de la façon la plus complète et la plus objective tout ce qui a pu contribuer à l’organisation de la sécurité sociale obligatoire en France à partir de 1945-46 et jusqu’à aujourd’hui.

Dans un second temps, j’ai repris tous les éléments dans l’ordre inverse où je les avais introduits et y ai répliqué en détails au point de les anéantir. Bref, j’ai mis à bas la vulgate « sécurité sociale » dont nous abreuvent en permanence les médiatico-politiques de toute obédience et sur quoi ils surfent pour « vendre du papier », pour se faire écouter ou pour se faire élire.

Pour vous mettre en appétit de sa lecture – au moins l’espère-je -, voici l’ordre des parties et chapitres en quoi je l’ai divisé :

PREMIERE PARTIE :
la résolution du problème social.

CHAPITRE PREMIER : la question sociale jusqu’à la décennie 1940
1 – Les éléments de la question
2.— Le fonds diffus de la question : le risque social.
3 – Les activités disponibles pour traiter le risque social sont inefficaces ou injustes
4 – Les remèdes successifs introduits par les pouvoirs publics ne corrigent rien.
5 – Conclusion : au milieu de la décennie 1940, la question sociale est devenue un véritable problème articulé au risque social..

CHAPITRE 2 : la solution politique donnée à partir de 1945 : la Sécurité sociale.
1 – Un projet de société : le non risque social
2 – Une politique appropriée : l’égalisation à zéro du risque social
3 – Un droit positif
4 – Une organisation de « service public » originale
5 – Une technique sociale de garantie nouvelle

CHAPITRE 3 : la méthode de résolution du problème social employée
1 – Abus de pouvoir et « sécurité sociale négative »
2 – Maîtrise du risque social et « sécurité sociale positive »
3 – L’ajustement de contraires

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE : le progrès social attendu de l’organisation forcée de la Sécurité sociale, au début de la seconde moitié du XXe siècle.

DEUXIEME PARTIE :
les raisons du problème, un demi-siècle plus tard.

CHAPITRE 4 : Le mythe technique
1 – La sécurité sociale, une technique de couverture ? Peut-être dans le monde d’Alice au Pays des Merveilles.
2 – Le principe de fonctionnement de la sécurité sociale n’est pas vieux comme Hérode : il l’est autant que la tyrannie dont celui-ci est le symbole.
3 – La limite méconnue du mode de couverture

CHAPITRE 5 : Le mythe économique
1 – La Sécurité sociale, en tant que monopole syndicratique, comporte un double monopole d’achat largement méconnu
2 – Le monopole syndicratique a les tares qu’on pouvait prévoir
3 – Autres échecs du « non marché »
4 – Définition exacte du risque social actuel

CHAPITRE 6 : Le mythe juridique
1 – Le coup de force initial
2 – Un droit en dérapage non contrôlé.
3 – Les inhumanités du droit autonome.
4 – Définition complémentaire du risque social actuel

CHAPITRE 7 : Le mythe politique
1 – Un point de départ récent oublié : le coup d’Etat initial
2 – Les points de départ plus anciens oubliés
3 – Conséquences de la destruction de la tradition
4 – L’ajustement politique désormais incessant
5 – Autres abus de pouvoir du « non capitalisme »
6 – Définition complémentaire du risque social actuel

CHAPITRE 8 : Le mythe méthodologique
1 – Les erreurs de l’objectivisme
2 – Les erreurs du totalisme
3 – L’économie n’est pas une mécanique manipulable.
4 – Les erreurs de certaines autres doctrines de méthode.

TROISIEME PARTIE :
réexamen de la question sociale

CHAPITRE 9 : L’ignorance entretenue à propos de l’assurance
1 – Les gouffres cachés de l’ignorance en matière d’assurance.
2 – Réponses aux prétendues insuffisances de l’assurance, habituellement dénoncées
3 – Quelles sont les limites d’un contrat d’assurance ?
4 – Conclusion : assurance mutuelle et puissance publique

CHAPITRE 10 : la confusion d’esprit en matière de risque.
1 – L’ignorance de l’homme et le « risque moral ambiant »
2 – Le « risque moral ambiant », le Droit et le « risque moral résiduel »
3 – Effet des techniques juridiques : un « risque moral marginal »
4 – Aboutissement du contrat d’assurance en matière de risque social : un « risque moral marginal ».
5 – Le contrat d’assurance en matière de « risque moral marginal »

CHAPITRE 11 : le risque de Sécurité sociale.
1 – Toute organisation humaine est risquée
2 – La protection sociale est une organisation risquée.
3 – Du risque comparé.

CONCLUSION DE LA TROISIÈME PARTIE : la Sécurité sociale est un problème politique et non, comme prétendu hier, la solution politique au problème social.

QUATRIEME PARTIE :
quel avenir ?

1 – Le problème actuel
2 – L’éventail des solutions envisageables
3 – Que choisir ? Non, comment choisir ?
4 – Application des principes
5 – Les critiques
6 – L’évidence

CONCLUSION GENERALE.

Bien évidemment, ce livre n’est pas un Austerlitz (2 décembre …).
Il n’est pas un Arcole non plus.
Mais il est l’heure d’être satisfait de n’être pas pris dans les rêts socialo-communistes, au moins par la pensée.

« Au suivant ! » a chanté Jacques Brel.