Print Shortlink

Série « Chronique du pluralisme audio-visuel à la française »

On prend les mêmes ou des équivalents et on recommence… (voir Au pays des dingos, Arlette est une vedette + Un débat équilibré et pluraliste + Restons zen ! + Chronique du pluralisme à la française + Chronique des rebelles institutionnels). Mercredi soir dernier sur Public Sénat, la chaîne étatique entièrement vouée à chanter les louanges de la caste exploiteuse politico-étatico-syndicaliste (il y en a une autre pareille) – je l’ai déjà écrit mais il faut le répéter inlassablement –, était retransmis un débat ayant eu lieu quelques jours auparavant au théâtre du Rond-Point à Paris dans le cadre de la série de débats « Les Débats Du Monde » :

« MERCREDI 11 FÉVRIER

Débat Le Monde : « Les Nouvelles Gauches« 
Un débat animé par Edwy Plenel, directeur de la rédaction du journal Le Monde.
avec :
Olivier BESANCENOT, Porte-parole de la Ligue Communiste Révolutionnaire
Patrick BRAOUEZEC, Député-maire de Saint Denis (PC)
Aurélie FILIPPETTI, Conseillère municipale Les Verts, Paris
Philippe MANGEOT, Rédacteur en chef de la revue Vacarmes
Arnaud MONTEBOURG, Député de Saône et Loire et fondateur du Nouveau Parti Socialiste (PS)
Henri WEBER, Sénateur de la Seine-Maritime (PS)
 »

Autrement dit une bande de raclures esclavagistes – y compris l’animateur – de diverses sensibilités et tendances : quatre ex-post-néo-marxistes-léninistes (un trotskyste, un stalinoïde et deux ex-trotskystes plus ou moins social-démocratisés), un socialiste-républicain « musclé », une écolo-alternative et un gauchiste à l’américaine tendance « anti-discriminationiste » tous azymuts et notamment partisan de la « lutte contre les discriminations » à l’égard des LGBT (Lesbiennes Gay Bi et Trans)…

Par ailleurs – ô surprise ! – ce sont tous à des degrés divers des profiteurs sans vergogne de « l’Etat ».

Naturellement le débat était très complaisamment animé par Edwy Plenel. Et dire, au passage, que c’est ce même Edwy Plenel qu’un propagandiste de l’étatisme, escroc conceptuel et pseudo-anticonformiste comme Philippe Cohen (et accessoirement Pierre Péan) a osé présenter – je caricature à peine – comme promoteur zélé (aux côtés d’Alain Minc et Jean-Marie Colombani) de la « « pensée unique » « pro-libérale« , « pro-mondialisation » et « pro-américaine » » (on ne mettra jamais assez de guillemets…). Cela dit on n’en attendait pas moins de l’un des principaux collaborateurs de l’hebdomadaire qui représente l’une des deux-trois tendances archi-dominantes (socialiste-républicaine en l’occurrence, le point commun de ces tendances étant l’anti-libéralisme…) de la bien-pensance à la française : Marianne.